Direction artistique

Direction artistique

 

 

 

 

PROJET ARTISTIQUE 

Le Centre du Théâtre d’Aujourd’hui, comme lieu de parole, comme référence d’une dramaturgie nationale, comme carrefour de création de la Francophonie, est un théâtre que je considère comme important pour nous tous. Je le désire pertinent et innovateur, qu’il porte son nom avec adéquation et qu’il s’incarne comme un lieu du plaisir de la réflexion. Je désire raviver et réactualiser les forces qui animaient la fondation de ce théâtre en 1968 : celui d’un théâtre d’affirmation collective, éclairant, un théâtre du politique, révélateur des enjeux sociaux et culturels du Québec.

C’est ce à quoi je m’engage et qui oriente nos activités: inscrire ce théâtre au cœur du renouvellement des dramaturgies contemporaines. Le théâtre de création doit répondre de l’évolution de la pratique. Notre histoire théâtrale évolue. Le théâtre à texte, autrefois dominant, tend à muter vers des formes d’écritures scéniques, des écritures d’auteurs-créateurs, des écritures collectives issues de démarches originales, des écritures à partition inspirées de la performance ou de matières documentaires. L’auteur est au cœur du système, mais il n’est pas seul à se revendiquer de l’écriture de ce qu’on appelle le spectacle.

Il m’apparait inspirant, structurant et cohérent de prendre acte de l’évolution du théâtre en remettant de l’avant, tels une aspiration et un besoin, le nom d’origine (et officiel) du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui.

Le mot « Centre » valorise le caractère public de notre maison théâtrale. Ce mot rappelle le rôle central et fédérateur que nous voulons jouer au cœur de la création québécoise. Il nous inscrit dans la communauté et invite les artistes à une ouverture et à une circulation des idées entre eux.

Cette identité de centre dramatique nous positionne à la fois comme un carrefour de création qui favorise l’accompagnement, et comme une référence théâtrale du Québec car nous sommes, historiquement, le théâtre dédié à la dramaturgie nationale. Graduellement, certains gestes sont posés pour nous permettre de déployer cette double identité, au sein de ce que nous considérons comme un centre dramatique: retour au nom d’origine, nouvelle identité visuelle, lancement du magazine 3900 et d’un nouveau site web référentiel inscrivant le théâtre et ses auteurs dans la société, création d’un comité éditorial, d’un comité de lecteurs, d’un Salon de la dramaturgie contemporaine, présences du Centre des auteurs dramatiques (CEAD), du Jamais Lu, du FTA, du OFFTA, de l’École nationale de théâtre du Canada, nomination d’une artiste associée, d’un responsable de l’action sociale, ouverture des résidences aux artistes en plus des compagnies et finalement développement de collaborations avec des structures et metteurs en scène de la Francophonie internationale.

Au cœur de mon projet artistique se trouve manifestement l’affirmation d’un dialogue entre la scène et le social, des prises de parole directes entre nos auteurs et l’actualité, une programmation construite en éditoriaux.

Dans cette optique, je développe depuis quelques saisons certains chantiers de réflexion et de création qui servent de guides. Ces chantiers permettent au public de réfléchir à plus long terme au contenu des saisons. Ils permettent de regrouper certains spectacles en thématiques cohérentes développées sur quelques années. Au cœur de cette vision, il ne s’agit donc pas de choisir que les meilleurs projets, mais de construire un lien signifiant entre eux et qui nous a permis pour l’instant d’observer nos héritages collectifs (13/14), la nature de nos prises de position (14/15), notre dualité morale (15/16) , notre solidarité (16/17), nos héros face aux systèmes (17/18) et la création de nouvelles filiations (18/19).

À titre d’exemple, la liste des chantiers qui se sont ouverts regroupe des œuvres qui nous permettent une perspective historique (Sauvageau Sauvageau, La délivrance, Neuf [titre provisoire], ColoniséEs). Un autre s’attarde sur « la détresse » de la classe moyenne (Instructions pour un éventuel gouvernement socialiste qui souhaiterait abolir la fête de Noël, J’accuse, Unité modèle, Nyotaimori), un autre s’efforce de réactualiser les questions identitaires (Trois, Sœurs, Le Wild West Show de Gabriel Dumont). D’autres étudient en profondeur certaines dynamiques sociales, notamment autour de la question du bouc-émissaire dans notre société (Ennemi public, Après, Les Hardings) ou du potentiel de la jeunesse (Dimanche napalm, Toccate et fugue, Lignes de fuite).

Les choix de programmation sont évalués en termes d’impact : impact sur le regard que l’on pose sur notre société, impact sur l’évolution de la dramaturgie, impact sur le parcours des créateurs. En d’autres termes, nous choisissons en fonction du caractère déterminant d’un projet sur les publics et les artistes.

Le Centre du Théâtre d’Aujourd’hui porte bien son nom. Il aspire à être un témoin du Québec contemporain et nous permet de nous situer sur la ligne du temps de notre histoire collective.

Sylvain Bélanger
Codirecteur général et directeur artistique